Blog

Traduction de documentaires pour Netflix

Un questionnaire à l'attention de tous les traducteurs de documentaires diffusés sur Netflix

L'arrivée de Netflix sur le marché de la traduction pour l'audiovisuel et les nouvelles pratiques qu'elle induit soulèvent un bon nombre de questions, entre autres concernant la gestion collective des droits, mais pas seulement. L'ATAA suit ces problèmes de près et nous avons besoin de faire le point sur ces évolutions.
Nous avons conçu, dans un premier temps, un questionnaire anonyme destiné à tous les auteurs de traductions-adaptations de films documentaires travaillant pour Netflix, qu'ils soient ou non membres de l'ATAA. Nous vous encourageons à le remplir rapidement, et à le faire suivre à vos collègues qui ne seraient pas adhérents de l'ATAA.

Vos réponses sont précieuses ! Nous vous tiendrons informés de la suite de nos actions à ce sujet.

Lien vers le formulaire.

Rémunération des auteurs

Entretien avec Estelle Renard, membre du SNAC (groupement Doublage/Sous-Titrage) et de l’ATAA, secrétaire de la Fédération européenne des traducteurs de l’audiovisuel (AVTE), paru dans le Bulletin 132 du SNAC, de janvier 2018.

Les auteurs de Doublage/Sous-Titrage ont décidé d’une revalorisation de 5 % des rémunérations recommandées à compter du 1er janvier 2018. Le Snac a écrit aux laboratoires, aux chaînes de télévision et aux distributeurs pour les informer de cette évolution, en précisant qu’il n’y a pas eu de modification depuis 5 ans et que dans le même temps, les charges des auteurs ont augmenté de plus de 9 %.

Canal+ bloque la répartition des droits d’auteurs

Vous l’aurez appris par voie de presse (« Quand Canal+ ne paie plus les créateurs » – L’Express – 22 mai 2017 ; « Canal Plus prêt au clash avec les professionnels de la création » – Les Échos – 23 mai 2017), le Groupe Canal+ a suspendu les paiements des droits d’auteurs depuis le 4e trimestre 2016. La filiale de Vivendi cherche 300 millions d’euros d’économies annuelles et veut renégocier les contrats à la baisse.

Netflix et la plateforme Hermes

communiqué officiel

L’ATAA se réjouit que Netflix reconnaisse l’importance de traductions qui ne trahissent pas les œuvres originales en rappelant dans son communiqué que le travail des professionnels de l’adaptation audiovisuelle « touche des millions de gens dans leur vie quotidienne ».

À ce titre, l’ATAA insiste sur le fait que l’adaptation audiovisuelle est un travail d’auteur qui demande des années d’études et un solide savoir-faire, et qu’être un professionnel de la traduction n’exclut pas d’être fan de séries, bien au contraire ! Par contre, parler couramment une ou plusieurs langue(s) étrangère(s), ou même être réellement bilingue, ne suffit pas à faire un bon traducteur-adaptateur.

Le communiqué publié par Netflix précise que le test s’adresse aux professionnels du secteur, dans un but de rétablir le lien direct entre le diffuseur des œuvres (Netflix) et les auteurs d’adaptations audiovisuelles. Le test Hermes a donc été conçu avant tout pour constituer une base de données de professionnels sans passer par le filtre habituel des prestataires techniques (laboratoires de post-production).

Il existe toutes sortes de ces prestataires, en France et à l’international, avec des exigences et des tarifs très disparates. L’ATAA milite depuis plus de dix ans contre ceux qui, en imposant des tarifs trop bas et des délais trop courts à des traducteurs souvent inexpérimentés, produisent des sous-titres de niveau non professionnel, bien loin de la qualité à laquelle les spectateurs français sont habitués.

Nous espérons que cette démarche de Netflix permettra d’améliorer la situation. Mais cela suppose bien sûr de donner aux auteurs de sous-titrage les moyens de travailler dans de bonnes conditions et de continuer à vivre de leur métier. Dans le cas contraire, si la chute des tarifs et le raccourcissement des délais se poursuivent, et si les médias français continuent de laisser croire que n’importe qui peut s’improviser traducteur, la qualité continuera de s’effondrer. C’est pourquoi l’ATAA restera vigilante quant aux suites de cette campagne et à ce que Netflix proposera aux adaptateurs recrutés. Nous regrettons d’ailleurs que la plateforme envisage de laisser à un algorithme le soin de choisir ses auteurs, comme si une adaptation audiovisuelle était purement quantifiable et non un travail de création.

L’ATAA reste cependant confiante dans la volonté de Netflix de fournir à ses spectateurs des sous-titrages de qualité. En effet, Chris Fetner, directeur des partenaires multimédias chez Netflix, a récemment rencontré AudioVisual Translators Europe (AVTE, qui regroupe à l’échelle européenne les associations nationales de traducteurs, dont l’ATAA). Monsieur Fetner a exprimé le souhait d’instaurer un dialogue continu avec les traducteurs audiovisuels en Europe, dialogue qui devrait se poursuivre lors de l’Assemblée Générale de l’AVTE, le 9 juin à Paris.

Créée en 2006, l’Association des traducteurs-adaptateurs de l’audiovisuel regroupe près de 300 professionnels du sous-titrage, du doublage et du voice-over. Elle a pour objectifs d’unir les traducteurs de l’audiovisuel en promouvant l’échange et le dialogue, de défendre leurs intérêts économiques, d’œuvrer à la reconnaissance de la profession et de rendre visible l’importance culturelle de la traduction audiovisuelle.

AGESSA : augmentation des cotisations au 1er janvier 2017

augmentation des cotisations

Depuis le 1er janvier 2017, la cotisation « Sécurité sociale » (maladie + vieillesse déplafonnée) est passée de 1,10% à 1,15% du montant brut des droits d’auteur. Pensez à modifier vos modèles de NDA.

Soit :

  • Assurances sociales (1,15% x montant brut)
  • CSG (7.5% x 98.25% x montant brut)
  • CRDS (0.5% x 98.25% x montant brut)
  • Contribution auteur formation professionnelle (0.35% x montant brut)

Retrouvez toutes les informations détaillées sur cette fiche pratique.

Retraites, une subtilité

Les cotisations à la retraite complémentaire évoluent à partir de 2017.
L’IRCEC, nos sociétés d’auteurs et nos organisations représentatives en ont assez parlé, vous connaissez sûrement les fondamentaux de cette réforme. Mais il nous a semblé important de souligner une subtilité qui a peut-être échappé à certains d’entre vous et qui concerne la possibilité, sous condition, d’un maintien de la cotisation forfaitaire (par classe).

Comme l’explique l’IRCEC dans son document récapitulatif de la réforme :


« Le régime par classes de cotisations ne sera pas supprimé dès la mise en place de la réforme du RAAP.
En effet, l’adhérent ayant opté jusqu’au 31 décembre 2016 pour une des cinq classes de cotisations (Classe spéciale, classe A, B, C et D) a la possibilité de conserver cette option et les droits qui y sont attachés pendant une période transitoire de dix années si l’application d’un taux entier ou d’un taux réduit a pour conséquence une baisse de son niveau de cotisations et, par conséquent, une perte de droits à retraite au RAAP.
(…)
A noter que pendant la période transitoire, l’adhérent ne peut pas changer de classe de cotisations. Il ne peut que rester dans la classe de cotisations pour laquelle il a opté avant la réforme du RAAP ou bénéficier des dispositions telles qu’issues de cette dernière.
A l’issue de cette période transitoire, soit en 2027 pour les revenus de l’année 2026, le système de classes de cotisations sera totalement supprimé.  »

Il y a urgence ?
Oui, pour ceux qui voudraient passer en classe D, afin de s’assurer que sur leurs revenus 2016, le passage au pourcentage ne représentera pas une baisse de cotisations et donc de droits à la retraite complémentaire.

A noter qu’il faudra alors s’acquitter avant février 2017 du surplus de cotisations que cela entraîne a posteriori pour l’année 2016 sur les revenus 2015. (Par exemple, si on est en classe B, il faudra payer 898 euros de « rattrapage ».)

À vos calculettes !

Ceux qui souhaitent changer de classe ont jusqu’au 31 décembre 2016 pour en faire la demande. Cette demande peut être effectuée quelle que soit la classe où l’on a cotisé jusqu’à présent, et peut être réalisée par mail auprès de l’IRCEC.

Document de référence (à consulter !)

Par téléphone
Du lundi au vendredi,
de 10 h 00 à 16 h 30.

Service cotisations
01 44 95 68 30

Service retraite
01 44 95 68 31

Par mail
contact[at]ircec.fr

Uber-Arte

Uber est le symbole d’une nouvelle façon de travailler, si controversée qu’elle a donné naissance à un mot, la fameuse uberisation. Maintenant, imaginez qu’Uber se dise : « Quel dommage, il y a tant de gens là-bas, en région, qui ne peuvent pas bénéficier de la merveilleuse facilité de transport qu’offre Uber…» Alors, il décide de lancer une expérience : « Tu habites en rase campagne ; conduire, tu en rêves depuis toujours. Alors, tiens-toi bien, je vais te prêter une voiture. Comme ça, tu pourras être au volant toute la journée. Et même la nuit. Tu emmèneras des clients d’un point A à un point B. Mais comme tu adores ça, tu vas le faire gratuitement, parce que bon, c’est une passion, on ne va pas en plus te payer. Nous, par contre, on récupérera des sous sur tes courses. Enfin, ça nous fera de la pub et puis on aura des subventions. C’est normal, on est là pour faire le Bien, aider les gens à se déplacer, tout ça, mais on ne peut pas se permettre de le faire gratuitement, on a des frais. Alors, tu signes ? Tu ne sais pas conduire ? T’inquiète, tu as la passion. Le reste, ça viendra tout seul. Ah, j’oubliais, si jamais tu as un accident, ce sera de ta poche. C’est quand même toi qui es au volant. »

Pétition – Droit d’auteur

Nous relayons un appel à signature diffusé par la SACEM. N’hésitez pas à consulter les liens très instructifs mis à notre disposition dans le texte de la pétition.

Ce message pour vous alerter sur le calendrier et l’actualité autour du combat vital pour la rémunération sur Internet des créateurs, des éditeurs et de tous les acteurs de la Culture en France.

Le projet de réforme du droit d’auteur que la Commission européenne va publier fin septembre est le seul texte dans lequel les conditions de rémunération des ayants droit par les plateformes peuvent être améliorées. Notre action collective a permis d’inscrire le sujet du transfert de valeur dans les orientations de la Commission mais nos derniers échanges montrent une forte réticence de celle-ci à adopter des solutions concrètes.

Notre initiative est collective. En effet, la stratégie est mondiale et concerne tous les secteurs de la culture. Il est important de ne pas laisser passer cette occasion unique de se battre pour l’intérêt général.

Un courrier a été envoyé à la Commission européenne. Il est signé par une première liste d’artistes européens, tous secteurs culturels confondus. Son but est de lancer un vaste mouvement de mobilisation des artistes pour réunir le plus de signatures possible.

Ce n’est que le début du combat, le texte sera débattu durant l’hiver 2016/2017 par le Parlement européen et les États membres.

D’ici là, nous comptons sur votre engagement pour vous mobiliser d’urgence, ensemble, maintenant, en signant la pétition.

L’appel sera susceptible d’être publié dans la presse avec les noms des signataires.

Bien cordialement,

Jean-Claude Petit
Président du Conseil d’administration de la SACEM

Jean-Noël Tronc
Directeur général de la SACEM

Compte rendu du colloque « Splendid Innovations »

Retrouvez dans la revue de cinéma « 1895 » un compte rendu du colloque londonien « Splendid Innovations » sur la traduction audiovisuelle, organisé par Jean-François Cornu et Carol O’Sullivan les 21 et 22 mai 2015. Cet article, rédigé par Anne-Lise Weidmann et Samuel Bréan, est disponible en accès gratuit.

Extrait :

« (…) on peut néanmoins saluer en « Splendid Innovations » un premier pas vers la mise au jour de spécificités nationales, temporelles et esthétiques liées à la traduction audiovisuelle. Ce colloque aura montré que la recherche sur ce champ, proche en cela davantage de la recherche en cinéma que de la traductologie, passe aussi par la recherche de copies, de sources non-film et de documents sur la production même des films traduits. Un problème peut-être insuffisamment évoqué est celui de l’identification (et de la citation) des auteurs des traductions de films, extrêmement variable selon les époques, les pays, les supports de projection. Il reste aussi à faire mieux connaître au grand public le résultat de ces travaux, qu’ils soient menés dans un cadre universitaire ou lors de restaurations : les éditions DVD ou Blu-ray gagneraient à s’enrichir de livrets ou de bonus sur l’histoire des versions linguistiques des œuvres. »

Le sous-titrage n’est pas un hobby

Communiqué face au sous-titrage non-professionnel lors du festival Casa Asia Film Week

Merci à Diane Bardinet pour la traduction de ce billet paru sur le site de l’ATRAE (Asociación de Traducción y Adaptación Audiovisual de España).

Au lendemain de la clôture du festival de cinéma Casa Asia Film Week, le 15 novembre 2015, l’ATRAE (Asociación de Traducción y Adaptación Audiovisual de España) a tenu à montrer sa totale désapprobation concernant le sous-titrage en langue catalane de plusieurs films projetés lors du festival, et qui répondait à l’appel à volontaires lancé par ses organisateurs, le centre Casa Asia et les salles Cinemes Girona par le biais de l’organisation Plataforma per la Llengua.

À travers ce billet, nous nous joignons à ceux déjà émis par l’APTIC (Associació Professional de Traductors i Intèrprets de Catalunya) et par l’AELC (Associació d’Escriptors en Llengua Catalana), et dénonçons une pratique qui tire avantage de ceux qui croient à la défense et à la promotion du catalan et qui a porté jusqu’aux salles de cinéma le produit de fansubs, sous-titrages amateurs de qualité douteuse, sous prétexte de vouloir offrir l’adaptation en catalan de productions audiovisuelles aux moyens de distribution limités sur le territoire espagnol.

À l’instar de l’Associació d’Escriptors en Llengua Catalana, nous croyons que les festivals sont une voie d’accès importante à la culture, secteur fondamental de notre civilisation, qui plus est dernièrement fort malmené. L’ATRAE défend l’altruisme et la coopération ; elle ne considère pas que les sous-titreurs et les professionnels de la traduction audiovisuelle se distinguent d’autres professions au moment d’offrir leurs services bénévolement pour la réalisation de projets non-lucratifs. Néanmoins, nous considérons qu’il est important de souligner l’existence d’excellents professionnels du sous-titrage traduisant vers le catalan, et qu’il est nécessaire que les festivals de cinéma tiennent compte dans leur budget d’une somme allouée au sous-titrage. La décision de ne pas rémunérer financièrement le sous-titrage laisse entendre que la traduction est un hobby à la portée de quiconque et non un service professionnel qui doit être rétribué convenablement. »

Convention collective en Finlande

Traducteurs de l’audiovisuel et agences de traduction adoptent une convention collective en Finlande. Une entreprise refuse de signer.

Après des négociations ayant traîné pendant plus de cinq ans, l’industrie finlandaise de la traduction audiovisuelle a désormais sa convention collective. Cet accord est conforme aux principales revendications des traducteurs. Une seule agence, SDI Media, ne l’a pas signé.

La convention collective de la traduction audiovisuelle a été adoptée par l’association professionnelle des traducteurs, l’Union finlandaise des Journalistes et le syndicat Akavan Erityisalat ainsi que par les agences de traduction BTI Studios, Pre-Text, Rosmer International, Stellar Text et Saga Vera. L’agence SDI Media, quant à elle, n’a pas signé. Ses employés n’ont donc aucune obligation de respecter la paix sociale.

« Nous avons réalisé l’impossible ! Cette convention collective est une belle réussite, au terme de négociations ayant duré plus de cinq ans, pendant lesquels la composition des parties présentes à la table n’a cessé d’évoluer », a déclaré Petri Savolainen, directeur de l’Union des Journalistes de Finlande.

« Cette convention collective met fin à l’effondrement généralisé et sonne le renouveau de la branche. Elle montre qu’employés et employeurs, s’ils respectent la qualité de leur travail, peuvent faire alliance pour faire avancer leur branche dans l’intérêt de toutes les parties », a déclaré Helena Lamponen, responsable du syndicat Akavan Erityisalat.

« Ce texte répond aux principales revendications des traducteurs », ont poursuivi Helena Lamponen et Petri Savolainen.

La convention est assortie d’un calendrier visant à augmenter graduellement les salaires et honoraires au cours de sa période de validité. Elle stipule également que le sous-titrage doit être rémunéré au sous-titre, revendication fondamentale pour les traducteurs, et non plus à la minute, mode de facturation souvent appliqué par le passé et qui ne tient pas compte de la charge de travail réelle. Elle prévoit enfin que les traducteurs indépendants seront dédommagés par les agences en cas de cession de leurs droits d’auteur.

Toutes les parties ont désormais pour objectif de s’entendre sur un niveau de rémunération harmonisé à l’occasion du prochain round de négociations, a déclaré Petri Savolainen.

Il est en outre extrêmement important pour l’Union des Journalistes que les traductions réalisées pour la radio-télévision publique nationale YLE soient systématiquement couvertes par la convention collective Yhtyneet et ce, indépendamment du statut du traducteur (salarié, indépendant ou sous-traitant).

La convention collective est entrée en vigueur le 11 mai 2015, jour de la fête du Travail en Finlande, et le restera jusqu’au 31 décembre 2017.

(Traduction de l’anglais : François-Xavier Durandy pour l’ATAA, un grand merci à lui !)

Article d’origine ici.

un souffle nouveau en Finlande ?

Statut des sous-titreurs S&M

La commission des auteurs d’œuvres audiovisuelles de l’AGESSA s’est prononcée sur le statut des sous-titreurs S&M. Voici la teneur de la lettre qu’elle leur adresse :

« Saisie par des sous-titreurs pour sourds et malentendants et soucieuse de leur inquiétude concernant leur statut social, la commission professionnelle des auteurs d’œuvres audiovisuelles de l’Agessa s’est réunie les 16 et 20 décembre 2013 afin d’arrêter une position claire sur la nature de cette activité susceptible d’entraîner ou non leur affiliation au régime de sécurité social des auteurs tel qu’il a été défini et adopté en 1975.

Après examen attentif des éléments contradictoires, adressés par les professionnels du secteur et leurs représentants, la commission a considéré que le travail de sous-titrage pour les sourds et malentendants, quels que soient le type de programme et la langue originale, ne relève pas de la branche des auteurs d’œuvres audiovisuelles (article R382-2 du code de la sécurité sociale).

La commission composée de représentants d’organisations syndicales et professionnelles, d’artistes auteurs et de diffuseurs* a en effet estimé que le travail de sous-titrage pour sourds et malentendants est un travail de contraction, de réduction et de codifications techniques de la bande son de la version française (dialogues ou commentaires), lequel ne présente pas un apport créatif systématique et suffisant permettant de rattacher cette activité à la branche des auteurs d’œuvres audiovisuelles et justifiant l’affiliation, à ce titre, des personnes concernées au régime de sécurité sociale des artistes auteurs.

La commission est soucieuse de ne pas créer d’effet rétroactif et d’assurer aux personnes concernées une égalité de traitement. Les demandes d’affiliation et de maintien sont en effet examinées après l’exécution et le paiement des travaux. La commission souhaite par ailleurs laisser le temps aux sous-titreurs et aux entreprises qui ont recours à leur travail pour revoir leurs relations contractuelles.

En conséquence, la commission rend l’avis suivant :

- Accepter l’affiliation (première affiliation, maintien, voire à leur demande leur réaffiliation suite à radiation) pour les sous-titreurs pour sourds et malentendants concernant les travaux effectués et rémunérés jusqu’au 30 juin 2014,

- Refuser tout travail de sous-titrage pour sourds et malentendants déclaré en droits d’auteur pour les travaux effectués et rémunérés à partir du 1er juillet 2014.

La commission demande que cet avis soit communiqué le plus largement possible à toutes personnes, organisations, entreprises et administrations concernées.

*La commission est composée de représentants des organisations professionnelles suivantes : SACD, SACEM, SCAM, SNAC, SRF, SPI, USPA et France Télévisions. »