Blog

AgendaÀ venir

Vie de l'ATAA
19/01AG clôturant l'exercice 2022

Journalnovembre 2022

Prix ATAA
29/11Réunion inter-comités des Prix ATAA.
Relations avec les clients
28/11Accompagnement du collectif au rendez-vous Dubbing.
Relations avec les clients
24/11Rendez-vous périodique avec Vincent Guillaume (responsable doublage Netflix).
Relations avec les clients
24/11Accompagnement du collectif Chinkel-VSI doublage pour leur premier rendez-vous.
Relations avec les clients
22/11Visio préparatoire avec le collectif Chinkel-VSI doublage
Médias
18/11Entretien avec Le Film Français pour une enquête à paraître le 2 décembre sur la traduction automatique
Vie de l'ATAA
17/11Portes Ouvertes au Loft Ô Foliz, dans le 11e arrondissement de Paris
Vie de l'ATAA
16/11CA à la maison des associations du XVIIIe arrondissement et en visio.
Institutions
16/11Rencontre avec la FICAM.
Institutions
13/1139e Assises de la Traduction littéraire, participation à la table ronde professionnelle "Métiers de la traduction : ce qu'automatiser veut dire".
Institutions
09/11Participation avec l'AVTE au forum Translating Europe.

L'Auteur, le maillon indispensable

A l’heure où la guerre des plateformes et des contenus continue de faire rage et à l’heure où la concentration des entreprises dites de localisation continue de s’amplifier, l’ATAA, l’Association des Traducteurs et Adaptateurs de l’Audiovisuel, tient à rappeler à tous les acteurs de la chaîne de postproduction qu’elle est et restera extrêmement vigilante concernant les conditions de travail et de rémunération des traductrices et des traducteurs.

Elle rappelle la place centrale des autrices et auteurs. Sans ces femmes et ces hommes, aucun sous-titre exécuté dans les règles de l’art n'apparaîtrait en bas de l’écran, aucune version française doublée ne pourrait être enregistrée. Les comédien·nes se retrouveraient face à des rythmos et des pages blanches, les ingénieur·es n’auraient aucun dialogue à enregistrer. Les prestataires techniques seraient alors incapables de livrer de PAD à leurs clients, qui ne pourraient alors diffuser aucun programme étranger. C’est un travail à la fois artistique et technique mené par une chaîne de professionnel·les. Et les professionnel·les que nous sommes méritent une rémunération à la hauteur de leur savoir-faire, de leurs compétences et de leur valeur, et des conditions permettant la réalisation d’un travail de qualité, dans le respect des auteurices et œuvres d’origine et du public.

Elle rappelle aussi à chaque membre de la communauté des traductrices et des traducteurs que nous sommes des indépendant·es et qu’en tant que tel·les, nous n’avons pas à nous laisser imposer de mauvaises conditions de travail et des tarifs indécents. La négociation fait partie de la relation avec nos clients, qui ne sont pas nos employeurs. Chaque tâche mérite rétribution décente. Et parce qu’ensemble, on est plus forts et on va plus loin, il est important de rester solidaires entre nous et de faire corps, notamment grâce aux associations professionnelles.

Elle rappelle également l’absolu non-sens de l’utilisation de la traduction dite automatique et enjoint toutes les traductrices et tous les traducteurs à dénoncer cette pratique et à ne pas nourrir la machine ni passer derrière elle.

Elle rappelle enfin qu’elle se tient disposée à toute réunion de travail avec les clients diffuseurs ou prestataires techniques pour œuvrer dans le bon sens et dans le respect de chacun·e.

Interview d’Elsa Vandaele

Mention spéciale du Prix de la traduction de documentaires télévisés
pour Seaspiracy : la pêche en question

Félicitations pour votre distinction pour la voice-over de Seaspiracy ! Pouvez-vous nous parler en détail de ce documentaire qui traite de la surpêche et de son impact sur l’environnement ?

Il s’agit d’un documentaire très dense, fourmillant de chiffres et de données dont le rythme s’accélère progressivement. Le propos traite des déchets plastiques avant de monter en puissance avec la chasse aux dauphins au Japon et l’esclavage de pêcheurs de crevettes sur des bateaux thaïlandais. Il y a même une scène où le réalisateur se fait contrôler par la police. La musique devient palpitante… Et j’avoue que le massacre des requins et la chasse à la baleine aux îles Féroé m’ont donné des haut-le-cœur. En découvrant le contenu, j’ai aussi ressenti une pointe d’angoisse : il s’agissait d’un sujet grave, d’un sujet d’actualité et j’avais l’obligation d’en rendre compte au mieux. Évidemment, c’est le cas pour tous les projets qui nous sont confiés, néanmoins j’ai ressenti une pression supplémentaire. D’autant que ce documentaire avait des chances d’être médiatisé.

Interview de Marie Laroussinie et Christophe Elson

Lauréats du Prix de la traduction de documentaires télévisés 2022
pour Derrière nos écrans de fumée

Bravo pour ce Prix ! D’autant que vous êtes de tout jeunes adaptateurs. Parlez-nous de vos débuts dans le métier.

Marie Laroussinie : En effet, nous sommes en tout début de carrière. Personnellement, j’ai réalisé ma première adaptation fin 2016. Initialement, je m’imaginais devenir prof d’anglais. Mais après quelques heures de tutorat et de cours particuliers, j’ai compris que ce métier n’était pas fait pour moi. La révélation est survenue à l’occasion de mon stage à Dubbing Brothers en Licence 3 LEA. Lors de ma première journée passée en studio, j’ai immédiatement su que c’était là que je voulais être ! Ce stage s’est déroulé au sein de la production télé : je m’occupais de la recherche de voix, du visionnage, de la convocation des comédiens… C’est de cette manière que j’ai découvert le doublage. Cela m’a tout de suite intéressée, mais je ne connaissais rien au métier… J’ai finalement décidé de suivre le Master en traduction audiovisuelle à l’université de Nanterre. En Master 1, Dubbing Brothers m’a proposé un CDD de remplacement pour m’occuper de la préparation technique : envois en détection, envois aux auteurs, conformations, mise en place de bandes… Au quotidien, je travaillais au contact des adaptateurs, et des détecteurs avec qui je me suis formée aux logiciels. J’ai véritablement commencé la traduction durant mon année de Master 2 où on m’a confié des épisodes des Feux de l’amour.

Christophe Elson : En comparaison de Marie, je suis ultra junior dans ce métier. Je me suis lancé dans la traduction audiovisuelle il y a trois ans seulement. Grâce à son aide ! Suite à un désistement, Marie m’a poussé à saisir l’opportunité qui s’offrait à nous de traduire en binôme un épisode des Feux de l’amour. Étant bilingue, j’avais certes les bases de la langue, mais aucune méthode de travail, ni aucune connaissance des logiciels. Marie m’a formé en accéléré. Ce n’était pas toujours facile : elle a été extrêmement exigeante. Avant cela, j’avais ma société de webmarketing ; et précédemment encore, je traduisais des sites Internet. Mon parcours est plutôt atypique. Surtout si on tient compte du fait que je voulais devenir doubleur voix. Malheureusement, je n’avais ni les capacités vocales ni le talent de comédien… Après les Feux de l’amour, on m’a proposé un premier documentaire Netflix sur les incendies en Californie. Ensuite, les projets se sont enchaînés. Aujourd’hui, c’est la consécration avec ce Prix !

Retour en force du Prix de la traduction de documentaires télévisés

Après un événement retransmis en ligne en 2020 et une édition 2021 annulée, la cérémonie de remise du Prix de la traduction de documentaires télévisés a fait son grand retour en couronnant Marie Laroussinie et Christophe Elson pour l’adaptation de Derrière nos écrans de fumée de Jeff Orlowski. Mention spéciale également pour Elsa Vandaele et sa voice-over de Seaspiracy d’Ali Tabrizi. Retour sur une cérémonie électrisante !

Le jury 2022 et les lauréates - crédit photo : Brett Walsh

Mardi 4 octobre s’est tenue la 5e édition du Prix de la traduction de documentaires télévisés. Lors de cette cérémonie – chaleureusement accueillie dans l’amphithéâtre de la Scam par son Directeur général Hervé Rony – Christophe Elson et Marie Laroussinie ont été récompensés, respectivement en voice-over et en doublage synchro, pour leur adaptation extrêmement dynamique et bluffante de Derrière nos écrans de fumée de Jeff Orlowski. Une traduction qui a su retranscrire avec efficacité un univers pointu avec ses mécanismes tant techniques que psychologiques, et trouver le bon équilibre entre fidélité et liberté syntaxique. Un sans-faute selon le jury !

Sous-titrage automatique, les traducteurs humains sont vent debout !

En tant qu'association regroupant plus de 550 professionnels de l'adaptation audiovisuelle (sous-titrage, doublage et voice-over, audiodescription, jeux vidéo), l’ATAA souhaite alerter les adaptateurs, les commanditaires, les diffuseurs, les réalisateurs, scénaristes, monteurs, toute personne participant à la création d'œuvres audiovisuelles, ainsi que le public qui s’intéresse aux films, aux séries et aux documentaires.

Une grande plateforme, pour préparer son lancement en France, a sollicité des prestataires techniques qui ont massivement recours au sous-titrage “automatique".

On le sait maintenant, la traduction automatique est un oxymore, puisqu’un humain ne traduit pas des mots, mais du sens. Or aucune machine ne comprend l’information qu’elle traite, elle ne fait que des corrélations statistiques et ne voit même pas l’image qu’elle est censée sous-titrer. À la trappe, l'esthétique, l'intention, le ton, le son, le respect du montage et du rythme. Une machine ne saisit pas le contexte, ne peut pas faire de poésie, de style, ne peut pas manier l’ironie ni jouer sur les mots. Bref, elle ne peut pas mettre d’humanité derrière les mots. Au passage, elle pille le travail des auteurs, car les bases de données sur lesquelles elle s’appuie sont alimentées par les traductions réalisées depuis des décennies par des hommes et des femmes, sans que ces dernier.es aient donné leur accord. Rappelons qu’une traduction est protégée par le Code de la Propriété Intellectuelle et que l’auteur qui en est à l’origine a un droit moral qu’il faut respecter.

Et comme, sans surprise, ça ne marche pas (on vous explique pourquoi ici, avec des exemples), les promoteurs de cette technologie comptent sur nous, adaptateurs professionnels, pour corriger, "post-éditer". Mission impossible, puisque la bouillie produite par la machine doit être réécrite quasiment entièrement. Au bout du compte, pour obtenir un vrai sous-titrage, cette méthode s’avère plus coûteuse en temps, en argent et en énergie que de faire appel dès le départ à des professionnel.les. On en parle dans le détail.

Nous appelons donc à la mobilisation :

  • des adaptateurs qui ne veulent pas devenir des robots correcteurs de robots : Refusez en bloc ces travaux !
  • de tous les acteurs de la chaîne de production et de diffusion qui ne veulent pas voir leurs œuvres trahies et dénaturées : Défendez la qualité des adaptations réalisées par des êtres sensibles et humains et rejetez ces pratiques !
  • des spectateurs qui préfèrent continuer à voir des œuvres correctement traduites plutôt que des “produits” massacrés par des machines : Faites entendre votre voix !

Article modifié le 03/10/2022 à 18 h 30, suite à un entretien avec les représentants de la plateforme. Ils nous ont affirmé que la qualité des adaptations leur tenait à cœur et qu'ils étaient contre la pratique d'automatisation de l'adaptation. Celle-ci tend cependant à se développer et notre article la dénonce, quels qu’en soient les responsables. Cela ne changeant rien aux offres de travail reçues par les adaptateurs, nous avons choisi d'anonymiser le communiqué, sans pour autant le supprimer complètement.

Machine-translated subtitling – human translators are up in arms

We are ATAA, a 550-strong French professional audiovisual translation association (subtitling, dubbing, voice-over, audio description, and video games) and we want to alert fellow translators, clients, broadcasters, directors, scriptwriters, editors, and all people involved in creating audiovisual works, as well as the viewers of films, series, and documentaries.

A major streaming platform, preparing to launch in France, has turned to subcontractors who massively use machine-translated subtitling.

It is now well-known that machine translation is an oxymoron, because humans do not just translate words – they translate meaning. And no machine can understand the information it is processing. It only makes statistical connections. It can’t even see the images it is supposed to be subtitling. So forget about aesthetics, subtext, tone, sound, editing and rhythm. A machine cannot handle poetry, style, nor employ irony or wordplay. In short, it cannot convey humanity through words. Nonetheless, it plunders the work of real authors, since the databases it needs use translation works made over decades by people who have never been asked for their consent. In France, translation in artistic fields is protected by the Intellectual Property Code and the translator has a moral right which must be respected.

Unsurprisingly, machine translation doesn’t work (here are examples why). Those who sell this technology count on us, professional translators, to correct – or “post-edit” it, as they say. Mission impossible! The nonsense churned out by the machine has to be rewritten almost completely. In the end, to obtain decent subtitling, this method proves more costly in terms of time and energy than employing professionals directly (this Manifesto from AVTE, the European federation of audiovisual translators, explains it all).

We therefore call out to:

  • translators who refuse to become machine correctors: Reject these jobs systematically!
  • all audiovisual professionals who do not want to see their work ruined: Stand up for quality translation made by real humans and say no to these practices!
  • viewers who prefer to enjoy properly translated works rather than products that have been butchered by machines: Make yourselves heard!

Article modified on October 3 2022, at 6 PM, following an interview with representatives from the platform. They stated that quality adaptations are very important to them and that they are against machine-translated subtitling. However, this practice is developing, and our article denounces it, regardless of who is responsible. As this does not change the job offers received by subtitlers, we have chosen to remove the platform's name from the press release, without deleting it completely.

Journaloctobre 2022

Relations avec les clients
26/10Réunion avec le collectif Dubbing - doublage (visio).
Relations avec les clients
25/10Réunion préparatoire avec le collectif Eclair (visio).
Relations avec les clients
24/10Réunion préparatoire avec le collectif NFKP sous-titrage (visio).
Vie de l'ATAA
20/10Conseil d'administration à la maison des associations du XVIIIe (Paris) et en visio.
Relations avec les clients
18/10Visio préparatoire avec le collectif NFKP sous-titrage.
Relations avec les clients
05/10Première réunion périodique avec Vincent Guillaume de Netflix.
Prix ATAA
04/105e édition du Prix de la traduction de documentaires télévisés à la SCAM

Interview du jury du prix de la traduction de documentaires télévisés 2022

Denis Cherer, comédien voix, comédien de théâtre, auteur et scénariste
Laurène Mansuy, chargée de programmes à Arte
Stanislas Raguenet, traducteur de l'audiovisuel et finaliste du prix en 2020
Laurence Vager, adaptatrice de voice over et directrice artistique

Le jury 2022 est complété d'Olivia Azoulay, traductrice de l'audiovisuel

Quels sont vos critères pour juger d’une bonne traduction ?

Stanislas Raguenet : Il y en a tellement ! De façon très subjective, je m’attends d’abord à être embarqué, à oublier qu’il s’agit d’une adaptation. Je suis bien sûr attentif aux trouvailles, à la créativité, à la qualité de l’écriture, ainsi qu’à l’équilibre entre trop de sagesse et trop d’éclat : il faut savoir s’approprier le texte sans pour autant lui voler la lumière. Sur un plan plus objectif, l’exercice de concision, la fidélité aux registres de langue et la précision des recherches sont bien sûr des impératifs évidents. De façon plus spécifique, en sous-titrage, je porte un regard sévère sur le repérage, qui a un impact essentiel sur la façon dont les sous-titres seront compris dans l’immédiateté du visionnage. En voice-over, l’oralité de la traduction est bien sûr un critère essentiel. Les directeurs artistiques et comédiens de doublage souffrent devant un texte qui n’a pas été relu à voix haute !

Interview de Lou Potier

Lou Potier, fondatrice et directrice associée de Telos Adaptation

Cette année, vous avez été jurée ATAA pour le prix de l’adaptation en sous-titrage d’une série. Parlez-nous de cette première fois.


Être jurée a été une expérience intéressante et extrêmement enrichissante ! J’ai aimé ce travail collégial, réalisé sur un temps long, ce cheminement sur toute une année... J’ai beaucoup appris, d’autant qu’on n’a jamais fini de se perfectionner sur ce qui définit un bon sous-titrage ou une bonne adaptation. Je me suis aussi investie dans cette mission car les prix ATAA me semblaient complètement en phase avec le positionnement de TELOS Adaptation qui essaie de valoriser ce métier en s’inscrivant dans une démarche éthique, qui vise la plus grande qualité. Car ce métier relève de la transcréation. Il nous faut toujours être à la hauteur de l’œuvre.

Journalseptembre 2022

Médias
30/09Intervention d'Estelle Renard dans le cadre des Journées Mondiales de la Traduction : Faire advenir la maison de la traduction
Vie de l'ATAA
24/09Point Contact à la Maison des Associations du 18e arrondissement de Paris

Interview de Carole Remy

Lauréate du Prix de l’adaptation en sous-titres
pour la série What We Do In The Shadows

Vous avez remporté le prix de l’adaptation en sous-titres pour la saison 3 de la série What We Do In The Shadows, en binôme avec Hélène Apter. Lors de votre discours, vous avez remercié de nombreuses personnes. C’était très émouvant.

Lors de la cérémonie, il m’a semblé naturel de remercier le labo et la chaîne qui m’ont donné l’opportunité de traduire cette série que j’adore. Avec Hélène, nous avons commencé à travailler sur ce projet à partir de la saison 2 et je remercie encore l’équipe de la version française pour sa collaboration, ainsi que les auteures de la saison 1 dont les sous-titres étaient géniaux. Leur bible a été une excellente base de travail. Évidemment, je ne pouvais que remercier les personnes avec qui je loue un espace de coworking et qui partagent mon quotidien. Ainsi qu’une de mes amies du métier qui m’a toujours soutenue au cours de ma carrière et avec qui j’ai beaucoup appris en travaillant en binôme.

Le prix de l’ATAA arrive à un moment où je me sens très épanouie dans ce métier, tant en termes de carrière que sur le plan intellectuel. Et quand le jury a déclaré dans son discours que nos blagues françaises les avaient fait autant rire que la version originale, j’avoue que cela a représenté le plus beau des cadeaux !