Blog

Journalmars 2019

Vie de l'ATAA
19/03CA de mars

Interview Véronique Depondt

Céramiste des Trophées ATAA

Depuis 2018, vous concevez et réalisez les trophées ATAA. Pouvez-vous nous dire ce que représentent ces œuvres en céramique ?

Pour concevoir les trophées ATAA, j’ai pensé à un objet qui serait à la fois beau pour lui-même et chargé de sens. Un objet vertical comme un menhir, une stèle ou un bloc de pierre taillée, pour conserver la fonction première de trophée. Je suis aussi partie de l’idée d’une pierre gravée, en référence aux premières écritures. Les mots gravés sur ces céramiques proviennent du grec ancien et du chinois. Ces derniers ont été choisis pour leur belle graphie, tandis que les mots sélectionnés traduisent les valeurs défendues par l’association. Personnellement, j’y adhère complètement. C’est comme une évidence.

Interview d’Odile Manforti

Lauréate du Prix de l’Adaptation en sous-titrage d’un film anglophone
pour Cro Man

Lauréate avec Delphine Hussonnois du Prix de l’Adaptation en sous-titrage
d’une série télévisée pour Counterpart

Journalfévrier 2019

Vie de l'ATAA
19/02CA de février
International
10/02Réunion AVTE à Berlin, en marge de la Berlinale
Prix ATAA
01/028e édition des Prix ATAA (cinéma et séries / doublage et sous-titrage)

The English subtitles for ROMA

Whatever happened to "quality control"?

This coming Sunday, Alfonso Cuarón's movie Roma may well make history at the Academy Awards in Hollywood. With its ten nominations, it is poised to become the first-ever movie in a language other than English to take the Best Picture award. There is no denying that it is a magnificent movie, beautifully directed and with a touching central performance from Mexican actress Yalitza Aparicio. This is also the first time that the streaming giant Netflix has found itself in the Oscars spotlight to this extent, even though it merely picked up distribution rights to the film and played no active role in its production.

ROMA French subtitles

Or how to ruin a masterpiece, by Netflix

There is no need to introduce Roma, its director, Alfonso Cuarón, or the company that bought the movie's world distribution rights, Netflix.

After being alerted by French viewers to the appalling quality of the French subtitles - fittingly at a time when discontent with Netflix translations is on the rise on social media - the ATAA (the French Association of Audio-visual Translators) decided to take a look. What we discovered is both shocking and baffling. The disaster is of such a scope that we are obliged to distinguish between content and form: firstly, a list of violations of subtitling conventions and industry practice, then an inventory of translation and adaptation errors, if indeed a word like “translation” still has any meaning in this particular case.

Le sous-titrage français de ROMA

Ou comment abîmer un chef-d’œuvre, par Netflix

On ne présente plus Roma, ni son réalisateur, Alfonso Cuarón, ni la société qui a acheté le film et le diffuse, Netflix.

Alertée par des spectateurs sur la qualité désastreuse des sous-titres français, alors que les réseaux sociaux commencent à bruisser d’un vent de mécontentement envers les traductions Netflix, l’ATAA a voulu vérifier par elle-même ce qu’il en était. Ce que nous avons découvert est aussi choquant que révélateur. Le désastre est d’une telle ampleur que nous sommes obligés de procéder par listes, d’abord des problèmes formels, puis de traduction et d’adaptation, si toutefois ces deux mots ont encore leur place ici.

Interview d’Emmanuelle Boillot et Imane Khalil

Lauréates du prix ATAA 2019 pour Le Caire confidentiel de Tarik Saleh

Adaptation d’un film en sous-titrage non anglophone

Comment avez-vous été amenées à travailler sur ce film ?

Emmanuelle : C’est le laboratoire de sous-titrage Hiventy qui m’a recommandée à Julia Santoni de Memento. Cette dernière recherchait activement un adaptateur pour Le Caire confidentiel. Mon expérience de l’écriture à quatre mains a probablement pesé dans son choix de travailler avec moi. Chinois, arabe palestinien, danois : au cours de ma carrière, il m’a souvent été donné d’adapter des textes depuis une langue que je ne parle pas. Mais le premier défi a été de rencontrer une personne traduisant l’arabe égyptien. Aussi j’ai fait appel à mon réseau, à mes consultantes en arabe libanais et syrien, à mes amis de « Langues orientales ». Également au réseau de mon réseau... Et on m’a présenté Imane ! Bien que n’ayant aucune connaissance de la technique du sous-titrage, elle a été partante pour cette aventure !

Imane : Oui, j’étais enthousiaste ! Je n’avais qu’une seule exigence : que le film ne dénigre pas l’Égypte, l’armée ou la police que j’affectionne particulièrement. Passée cette première réserve, j’ai confirmé à Emmanuelle la particularité du dialecte égyptien. Il y a 20 ans, il était compris dans tout le monde arabe. À l’époque, le cinéma égyptien vivait son âge d’or et était diffusé dans l’ensemble des pays arabophones. Depuis, la langue cairote a évolué. Même si l’arabe littéraire reste stable et compréhensible de tous, l’arabe quotidien doit être passé au filtre de la culture locale. En effet, un même mot peut prendre une signification différente selon l’intonation. Les mimiques, l’expression des yeux et des mains peuvent aussi induire un sens autre. Ce trait culturel est propre à chaque pays arabophone. Pour Le Caire confidentiel, il était impératif de faire appel à un natif du pays pour comprendre l’âme du texte et la subtilité de la langue.

© Rémi Poulverel

Palmarès de la 8e édition des prix ATAA - doublage et sous-titrage de fiction

Événement incontournable de la profession, la cérémonie de remise des prix ATAA s’est tenue vendredi à la SACEM. Ce rendez-vous redouble de succès à chaque nouvelle édition, preuve de la vitalité de notre secteur dont la reconnaissance grandit d’année en année.

C’est avec beaucoup de plaisir que les acteurs du métier, des distributeurs, des diffuseurs et des entreprises de postproduction se sont retrouvés pour célébrer le talent des auteurs-adaptateurs. Un moment de partage vécu dans la bonne humeur.

L’ATAA et la profession ne manquent en effet pas d’humour et l’auditorium Debussy-Ravel a résonné des fous rires des plus de 250 convives. Ces derniers ont été totalement conquis par le détournement préparé par l’équipe organisatrice. Une équipe dont le dynamisme et le volontarisme symbolise parfaitement l’esprit de notre association et de la communauté des adaptateurs de l’audiovisuel !

Prix ATAA 2019 de la traduction de documentaires télévisés

La sélection est ouverte !

Ce prix organisé en partenariat avec la SCAM est l'occasion de mettre en lumière l'un des maillons essentiels de la fabrication des versions françaises de documentaires étrangers : le traducteur (souvent la traductrice !). Il donne à voir les nombreux défis auxquels sont confrontés les auteurs de ces traductions, et les qualités requises - rigueur, justesse, fluidité, pour n'en citer que quelques-unes - afin de fournir une VF de qualité.

Pour cette troisième édition, le prix évolue. Jusqu'ici, la sélection était entièrement constituée de candidatures spontanées. Ce modus operandi s'est heurté à la modestie - ou la timidité - proverbiale des traducteurs, artisans de l'ombre par excellence. Pour étoffer la sélection qui sera soumise au jury, le comité d'organisation se réserve désormais la possibilité de choisir quelques films supplémentaires, dont l'adaptation remarquable aura attiré leur attention.

Comment participer ?

Avant toute chose, consultez l'appel à candidature et le règlement du prix 2019, disponibles ci-dessous.

Pour soumettre votre candidature, il vous suffit ensuite de remplir ce formulaire en ligne.
Les éléments requis pour l'inscription seront à envoyer à part, à l'adresse qui vous sera indiquée.

Le formulaire sera actif du 5 février au 30 mars 2019.

Journaljanvier 2019

Vie de l'ATAA
22/01CA de janvier

À la découverte du travail du comité d’organisation et des jurys des Prix ATAA​

Juliette De La Cruz répond à nos questions…

Comment sélectionnez-vous les œuvres soumises aux jurys ?

Notre objectif est de choisir le panel le plus vaste possible, notamment en variant les genres : comédie, drame, sitcom, film d’action ou historique… Mais aussi en variant les distributeurs, les diffuseurs, les auteurs, et, dans une moindre mesure, les laboratoires. À ce stade, nous ne jugeons pas la qualité de l’adaptation. Nous laissons ce travail aux jurys. En effet, contrairement à ce qu’on pourrait penser, le comité d’organisation ne visionne aucun des programmes sélectionnés. Ce serait beaucoup trop chronophage et nous ne souhaitons pas influencer les votes en présentant des adaptations que nous jugerions meilleures que d’autres. C'est bien aux jurys de trancher la question.

Néanmoins, nos choix restent éclairés : nous sommes tous cinéphiles et/ou sériephiles. De manière informelle, nous organisons une veille sur les sorties dignes d’intérêt. Nous sommes aussi à l’écoute de ce qui se dit dans le milieu. Il arrive enfin que des distributeurs ou des diffuseurs nous recommandent des adaptations – en toute objectivité – dont la qualité leur semble se distinguer.